Autres publications

Les transitions à la vie adulte des jeunes en difficulté. Concepts, figures et pratiques (Martin Goyette, Annie Pontbriand et Céline Bellot), 2011, Éditions Presses de l'Université du Québec, Collection problèmes sociaux et interventions sociales, 344 pages.

La précarisation et la flexibilisation du monde du travail, tout comme l’individualisation et la démocratisation de la vie familiale, a transformé le passage à la vie adulte vécu des jeunes, qui doivent plus que jamais faire preuve d’autonomie et de motivation. L’action publique même, par ses nouvelles exigences de responsabilisation, d’implication, de mise en projet, de participation et de reconquête de soi, colore les interventions auprès des jeunes en difficulté au point que l’aide est devenue conditionnelle. Les jeunes doivent être performants, tout comme les actions publiques à leur endroit.

En regard de ce contexte, cet ouvrage veut à la fois tracer les contours des expériences que vivent les jeunes en difficulté dans leur passage à la vie adulte, mais aussi cerner les modalités de régulation de ce passage. Les auteurs cherchent à dépasser le regard uniforme et fataliste porté sur les difficultés des jeunes pour tenir compte de leur qualité d’acteur dans leur processus de transition et de la diversité des situations d’insertion vécues de manière dynamique. Bref, aller au-delà de certains travaux qui abordent les jeunes en tant que victimes incapables et qui s’attardent surtout à leurs difficultés personnelles dans une perspective psychologisante.

Après une mise au point sur les différents cadres d’analyse et concepts ainsi que sur les modalités d’intervention, le livre décrit des parcours réels de jeunes afin de dégager des figures illustrant la quête d’autonomie vécue par les jeunes. Pour compléter la réflexion, il traite de différentes interventions mises en œuvre pour soutenir les jeunes.

 

L'économie sociale à Montréal (Lucie Dumais, Denis Bussières et Annie Béchard), 2011, Éditions Vie Économique (EVE), Collection "Recherche", 166 pages.

4e de couverture:

Cet ouvrage rend compte de la diversité de l'économie sociale à Montréal à travers les dynamiques, globales et sectorielles, qui la caractérisent. Il le fait par la présentation des résultats de six recherches réalisées dans le cadre d'activités partenariales entre chercheurs universitaires et praticiens de l'économie sociale. Les recherches portent sur des secteurs d'activités révélateurs – tels que la médiation culturelle et les services de proximité d'aide domestique de la réalité de l'économie sociale. Elles abordent le rôle microéconomique des agents de développement dans l'accompagnement d'entreprises tout autant que les effets macroéconomiques escomptés des politiques municipales. Ces recherches dressent un portrait statistique systématique de l'ensemble des entreprises du territoire mais aussi une première esquisse de la place des immigrants en économie sociale.

Les études couvertes dans cet ouvrage montrent que, dans une sphère d'activité comme celle de l'économie sociale, dont l'évolution a été particulièrement rapide au cours de la dernière décennie, les acteurs socioéconomiques qui s'interrogent sur leur fonctionnement, leur avenir et leurs impacts sur leur milieu, ont la possibilité d'intervenir sur le plan de la recherche et qu'ils peuvent en retirer par la suite de nombreux avantages. L'ouvrage permet donc de mettre une emphase particulière sur la recherche partenariale, en présentant entre autres les conditions qui ont entouré le déroulement de ce type de recherche, de même que les défis qui lui sont associés. Tout au long des différents chapitres, l'ouvrage donne la parole aux praticiens et praticiennes qui ont collaboré étroitement à la réussite des recherches présentées. La conclusion générale permet d'en tirer plusieurs leçons pour l'avenir.

 

Le développement de l'économie sociale au Québec (Sous la dir. de Christian Jetté et Geneviève Shields), 2010, Éditions Saint-Martin, 223 pages.

4e de couverture:

Ce livre réunit les textes de nouveaux chercheurs dans le champ de l'économie sociale. Leurs contributions illustrent les progrès accomplis depuis une vongtaine d'années au Québec et ailleurs quant à la reconnaissance des principes qui sont au coeur même des pratiques qui sous-tendent l'action des entreprises de l'économie sociale et, de manière plus large, des organisations du tiers secteur (incluant l'action communautaire).

Le paradoxe est peut-être que cette avancée se réalise au moment même où l'application des dynamiques du marché concurrence et compétitivité n'a jamais paru aussi triomphante au sein des principales institutions de la société. Les dérives récentes du libéralisme économique, suscitées par l'application débridée des principes marchands, remettent toutefois en question cette prétendue supériorité des marchés dans la gestion et l'utilisation des ressources. Ces défaillances font ressortir la nécessité, non seulement de mieux réguler les opérateurs au sein du système marchand, mais aussi d'ouvrir davantage les institutions à une pluralité de principes d'action.

 À cet égard, l'économie sociale et le tiers secteur, à partir de dynamiques d'expérimentation, de participation, de développement durable et de réciprocité, proposent une manière différente de faire appel aux forces vives de notre société. Leur action démontre qu'il est possible d'envisager l'essor des communautés au moyen d'autres prismes que celui de la concurrence, en misant sur l'association, la coopération et l'entraide. Les auteurs proposent donc d'explorer diverses facettes de cette alternative en l'appréhendant de manière critique à partir d'approches originales qui mettent en exergue leur apport sur les plans territorial et sectoriel.

 

Les arrangements institutionnels entre l'État québécois et les entreprises d'économie sociale en aide domestique. Une analyse sociopolitique de l'économie sociale dans les services de soutien à domicile ((Yves Vaillancourt et Christian Jetté, avec la collaboration de Philippe Leclerc), 2009, Éditions Vie Économique (EVE), Collection "Recherche", 178 pages.

4e de couverture:

Les services de soutien à domicile (SAD) existent depuis des dizaines d’années au Québec. Pendant longtemps, les initiatives dans ce domaine relevaient de la société civile, des organisations caritatives, des familles et des proches aidants. C’est en 1979 que le Québec se dote d’une première politique publique intégrée. Au cours des 30 années qui suivirent, cette politique fut appliquée tant bien que mal et restructurée à diverses reprises, mais n’a jamais été à la hauteur des promesses répétées. Le secteur public demeure le maître d’oeuvre de la planification et de la mise en oeuvre; les CLSC et les CSSS conservent un rôle central; les organismes communautaires et bénévoles assument toujours des rôles importants. Mais d’autres acteurs se sont ajoutés, en provenance du privé à but lucratif et de l’économie sociale. Ce livre rend compte des recherches les plus récentes sur l’évolution des rapports entre l’État québécois et les acteurs de l’économie sociale, définie de façon large. Il s’intéresse plus spécifiquement à l’évolution des politiques publiques de l’État québécois concernant les entreprises d’économie sociale en aide domestique (EESAD) avec l’objectif de réaliser une analyse sociopolitique des enjeux concernant la construction et l’évolution des arrangements institutionnels qui les encadrent. Constatant la grande capacité de résilience des EESAD, les auteurs identifient néanmoins quelques conditions pour améliorer les arrangements institutionnels dans les années à venir. Mais encore faut-il, selon les auteurs, que les EESAD effectuent une reprise en main de leur rôle comme acteur social au sein d’un processus de coconstruction, sinon elles risquent de continuer à interagir sur la base d’une simple relation de coproduction avec l’État.

 

Les organismes communautaires et la transformation de l'État-providence
Trois décennies de coconstruction des politiques publiques dans le domaine de la santé et des services sociaux
 (Christian Jetté), 2008, Presses de l'Université du Québec, 438 pages.

4e de couverture:

La question de la reconnaissance et du financement des organismes communautaires fait l’objet d’âpres débats au Québec et ailleurs depuis plus de 30 ans. Dans le contexte de transformation des États-providence, qui a cours depuis les années 1980, ces débats se sont intensifiés et ont pris une dimension politique fondamentale. Vecteurs de privatisation et de démantèlement des services publics pour les uns, acteurs importants du tiers secteur – aux côtés des secteurs public et privé – participant au renouvellement des pratiques et des politiques sociales pour les autres, leur évolution s’inscrit au cœur même des grands enjeux sociétaux qui traversent nos sociétés. Pourtant, la lecture qui a été faite jusqu’à présent de cette évolution tend à occulter l’ampleur et la nature même des interactions dynamiques qui ont, depuis leurs débuts, marqué les rapports des organismes communautaires avec l’État québécois, notamment avec le ministère de la Santé et des Services sociaux. À cet égard, rien peut-être ne rend mieux compte de cette interaction dynamique de coconstruction des politiques publiques que la mise en place du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC).

S’appuyant sur un impressionnant corpus de données statistiques et documentaires ainsi que sur une quarantaine d’entrevues effectuées auprès d’acteurs des milieux gouvernementaux et communautaires, ce livre a pour ambition d’analyser l’essor des organismes communautaires – et du PSOC – à travers toutes les phases de développement de l’État-providence : de son émergence au début des années 1970 jusqu’à son déclin (du moins, dans sa forme traditionnelle) et sa redéfinition au cours 1990 et 2000.

Disponible également à la COOP-UQAM.

La Société d'habitation du Québec (SHQ) publie une "Étude sur les pratiques d'action communautaire" réalisée par le LAREPPS

Les pratiques d'action communautaire en milieu HLM: Inventaire analytique (Paul Morin, François Aubry et Yves Vaillancourt) et "Les pratiques d'action communautaire en milieu HLM: Approche méthodologique" (Paul Morin, sous la direction de Yves Vaillancourt), disponibles sur le site Web de la SHQ à la section Publications

[Vers le haut]